Baisse de la CSG pour les retraités modestes : des mesures qui vont dans le bon sens pour l’UNSA Retraités

L’Assemblée Nationale a adopté jeudi 27 octobre un amendement au Projet de loi de Finances 2017 qui relève de 3 % le revenu fiscal de référence.

Au total ce sont 550 000 retraités ou ménages de retraités qui devraient bénéficier de ces mesures, pour un gain mensuel moyen évalué entre 38 € (passage au taux réduit de CSG) et 46 € (passage au taux zéro).

L’Assemblée Nationale a adopté jeudi 27 octobre un amendement au Projet de loi de Finances 2017 qui relève de 3 % le revenu fiscal de référence.
Ce revenu fiscal de référence (RFR) sert au calcul de l’application de la CSG à taux zéro, ou au taux réduit de 3,8%.

290 000 foyers fiscaux de retraités dont le revenu fiscal de référence est inférieur à 10 996 € par an vont passer à la CSG à taux zéro.

De même, 260 000 foyers fiscaux de retraités dont le revenu fiscal de référence ne dépasse pas 14 373 € par an bénéficieront de la CSG au taux réduit de 3.8%.

Au total ce sont 550 000 retraités ou ménages de retraités qui devraient bénéficier de ces mesures, pour un gain mensuel moyen évalué entre 38 € (passage au taux réduit de CSG) et 46 € (passage au taux zéro).

Cette mesure corrige partiellement les effets de la fiscalisation des bonifications pour enfants ainsi que de la suppression de la demi-part des veuves. Elle concerne certains retraités modestes, mais laisse de côté ceux qui étaient déjà exonérés de CSG, pour lesquels aucune mesure de revalorisation n’interviendra cette année.

Cette avancée très partielle, en fin de législature, nous conforte dans le fait que nos arguments concernant les retraités modestes peuvent être entendus.
Mais pour obtenir des mesures plus significatives, et notamment l’indexation des retraites sur les salaires, il faudra poursuivre notre action, avec énergie et détermination.

L'Unsa à votre service

Actualités Se former
TPE UNSA-Retraités
UNSA-Info UNSA-Info
Lire Voir-écouter
Nous contacter Nos experts
Acheter CES