Intervention de Nicolas Cadène, rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité, au Bureau National de l’UNSA

Le Bureau National de l’UNSA a accueilli Nicolas Cadène, rapporteur général de l’Observatoire de la Laïcité, jeudi 26 janvier 2017.

C’était l’occasion de revenir sur l’histoire de la laïcité, sa définition, ses conceptions à l’étranger, sa pratique, ses enjeux, mais aussi d’aborder la gestion du fait religieux en entreprise.

Dans un premier temps, Nicolas Cadène nous a présenté l’Observatoire de la laïcité, installé en 2013 par le Président de la République, François Hollande.

Cette structure, placée auprès du Premier ministre, mais indépendante dans ses travaux, peut être saisie par le Gouvernement, le Parlement ou les tribunaux, pour toute explication des lois ou politique publique touchant à la laïcité et à la gestion du fait religieux.

L’Observatoire peut également s’autosaisir sur tout sujet de son choix ou être interpellé par un citoyen, un mouvement associatif ou un élu sur l’application concrète du principe de laïcité.

Dans un deuxième temps, il a été rappelé les trois principes et valeurs sur lesquels repose le système laïque français, à savoir :

  • La liberté absolue de conscience, de laquelle découle la liberté de religion et de culte, et celle de manifester ses convictions, dans les limites de l’ordre public,
  • la séparation des institutions publiques et des organisations religieuses, de laquelle découle la stricte neutralité de l’État et de l’administration,
  • l’égalité de tous devant la loi quelles que soient leurs convictions.

En pratique, des guides ont été édités par l’Observatoire de la Laïcité, permettant de répondre à des problèmes de terrain en lien avec la laïcité et les faits religieux.

Ces guides sont disponibles en ligne et traitent des sujets suivants :

  • La gestion du fait religieux dans les établissements publics de santé,
  • la gestion du fait religieux dans les structures socio-éducatives,
  • la laïcité et les collectivités locales,
  • la gestion du fait religieux dans l’entreprise privée.

Enfin, a été abordée la gestion plus particulière du fait religieux dans les entreprises privées et ont été listés six critères permettant d’encadrer ou d’interdire la manifestation des faits religieux, dans des entreprises privées n’exerçant aucune mission de service public, qui sont les suivants :

  • L’entrave aux règles de sécurité ou de sûreté,
  • l’entrave aux conditions d’hygiène et de propreté,
  • le prosélytisme,
  • l’entrave à la mission professionnelle pour laquelle on a été embauché,
  • l’entrave à l’organisation du service dans lequel on travaille,
  • l’entrave aux intérêts économiques de l’entreprise.

L’exposé de Nicolas Cadène a été suivi d’un débat passionnant avec les militants UNSA. L’étude des questions touchant à la laïcité et à la gestion du fait religieux et de leur implication pour des militants syndicaux sera poursuivie !

L'Unsa à votre service