Non à la taxation des actions sociales et culturelles

13 octobre 2016 - L’idée d’assujettir à cotisations sociales des dotations visant des actions sociales et culturelles (menées par les comités d’entreprise ou les entreprises pour les salariés, ou par l’administration pour les agents publics) circule dans les sphères gouvernementales dans le cadre de la discussion sur le projet de loi de financement de la Sécurité Sociale (PLFSS).

Une décision de cette nature aurait, pour l’UNSA, des effets destructeurs très graves.

Pour les salariés ou agents publics, elle aboutirait obligatoirement à des reculs dans l’accès aux vacances, aux loisirs et à la culture, mais aussi à la restauration. Ceux-ci frapperaient d’abord les plus démunis, nombre de ces prestations étant servies sur critères sociaux.

De surcroît, cette mesure déstabiliserait totalement l’économie de ce secteur, avec des conséquences directes et indirectes inévitables sur l’emploi, mais aussi des répercussions sur les entreprises ou agence qui interviennent sur ces marchés. Celles qui contribuent à lui donner une orientation sociale, parce qu’elles relèvent de l’économie sociale et solidaire ou de l’Etat, seraient tout particulièrement mises en difficultés, au bénéfice de concurrents aux moyens financiers très importants, n’obéissant qu’à des objectifs étroitement commerciaux.

Pour l’UNSA, la précipitation est mauvaise conseillère. Elle est intervenue auprès du gouvernement et des ministres concernés pour que le PLFSS reste sur ce point en l’état.

L'Unsa à votre service

Créer une section UNSA Télécharger
Se former TPE
UNSA-Info UNSA-Info
UNSA-Retraités Lire
Voir-écouter Nous contacter
Nos experts Acheter
CES