Garanties sociales et chômage partiel : l’UNSA veut aller plus loin

 
Dans les jours à venir, le Gouvernement doit prendre une série de mesures visant à sécuriser les salariés en chômage partiel quant à leur couverture santé, prévoyance et droits à retraite.

Concernant la santé et la prevoyance, même s’il s’agit d’un problème rencontré par une minorité de salariés, certains contrats menacaient de ne plus couvrir leurs bénéficiaires faute de versement de cotisations.

Or, les conséquences d’une telle absence de couverture pourraient avoir des répercutions dramatiques en cas de maladie, voire de décès.

Toutes les dispositions pour garantir les droits des salariés en matière de couverture santé et prévoyance vont donc dans le bon sens.

Mais pour l’UNSA, il faut aller plus loin. En effet, la situation sanitaire actuelle démontre la nécessité que chacun soit couvert en cas de maladie, d’invalidité/incapacité et de décès.

A ce titre, l’UNSA demande que les mesures envisagées par le Gouvernement, puissent être discutées avec les partenaires sociaux en amont.

L’UNSA continue par ailleurs de réclamer la généralisation de la complémentaire santé et de la prévoyance, prises en charge pour partie par l’employeur pour tous les travailleurs, qu’ils relèvent du secteur privé comme de la fonction publique.

L'Unsa à votre service

Actualités Céfu
TPE Retraités
UNSA-Info Abo UNSA-Info
Les parutions de l'UNSA Voir-Écouter
Contact Transition écologique
UNSA-Boutique CES
UNSA-Conseils