Adoption de la loi contre les contenus haineux en ligne

 
Pour l’UNSA, c’est un objectif louable mais qui ne peut se substituer à une politique globale de sensibilisation, de prévention et d’éducation.

Ce mercredi 13 mai a été définitivement adoptée la loi Avia visant à lutter contre les contenus haineux sur Internet.

Si l’UNSA se réjouit que des solutions voient enfin le jour afin de supprimer tous les propos racistes, sexistes, discriminants et discriminatoires des multiples sites Internet et réseaux sociaux, elle s’interroge sur les mécanismes mis en place à cette fin.

En effet, désormais obligation est faite aux sites Internet, quels qu’ils soient, de retirer sous 24h tous les contenus jugés illégaux sous peine de lourdes amendes. Cette menace financière risque de faire retirer par les plateformes Internet tout contenu subjectif, sans qu’une décision de justice ne puisse étayer cette décision.

C’est déjà ce que faisait remarquer la CNCDH en juillet 2019 en exprimant le fait que cette méthodologie « fait reposer l’appréciation du caractère illicite d’un contenu sur les plateformes, via des algorithmes et des modérateurs peu formés, en lieu et place de l’autorité judiciaire ».

L’UNSA s’inquiète ainsi qu’une loi à l’objectif louable ne se transforme en instrument de censure, entraînant de fait une atteinte à la liberté d’expression.

L’UNSA affirme que les moyens répressifs ne doivent pas être les seuls mis en place pour lutter contre les contenus haineux sur Internet.

En effet, une politique de prévention et d’éducation en direction des usagers des réseaux sociaux et des plateformes Internet, notamment les plus jeunes, est indispensable.

Elle doit être mise en place aussi rapidement que les moyens répressifs prévus par cette loi.

L'Unsa à votre service

Actualités Céfu
TPE Retraités
UNSA-Info Abo UNSA-Info
Les parutions de l'UNSA Voir-Écouter
Contact Transition écologique
UNSA-Boutique CES
UNSA-Conseils