Confinement et après : revoir les conditions de travail ?

L’étude « Travailler après. Chapitre Un » (*) rendue publique le 2 octobre 2020 par le cabinet KPAM (cabinet d’études spécialiste de l’expérience collaborateurs) permet de mesurer l’impact du confinement et des conditions de travail à distance ainsi que les aspirations des salarié•es. Des questionnements sur le trajet domicile/entreprise, le besoin de lien social avec les entreprises et les pratiques managériales mettent en lumière toute la variété des situations vécues lors du confinement.

L’enquête menée en juillet 2020 auprès de 13 500 collaborateurs et 27 000 verbatim issus d’un questionnaire axé sur le ressenti positif ou non, les difficultés vécues ou non durant le confinement, ont fait émerger six grandes thématiques :
• « Un besoin de sens réactivé » : les conditions de vie ont profondément changé la hiérarchie des besoins et des valeurs.
• « Un équilibre vie pro/vie perso retrouvé » : 37,4 % des personnes interrogées sur le télétravail ont ressenti « une véritable libération », un gain de temps majeur et une chute du stress ; 26,8 % ont évoqué l’impact positif sur leur vie personnelle.
• « L’épreuve du feu pour les managers » : 19 % ont jugé les pratiques de management décisives (cohésion, motivation, soutien pour les plus fragiles).
• « Un besoin de lien social aigu » : le sujet est évoqué par 22,8 % des personnes interrogées. La solidarité entre collègues est primordiale et passe par un maintien de lien possible grâce aux visioconférences.
• « Une critique de l’environnement de travail sur site » : le bénéfice du travail à distance a fait émerger des difficultés comme le bruit, des locaux parfois peu adaptés, les difficultés de concentration, une mauvaise ambiance au sein de certaines équipes… mais aussi des besoins de nouveaux équipements.
• « Une attente d’outils fiables partagés par tous » : 12,2 % des sondés ont évoqué des outils digitaux peu performants à renouveler.

Le travail à distance connaît un développement sans précédent et bien au-delà des cadres impartis en raison de la crise sanitaire.

Pour l’UNSA, afin de protéger les salarié•es et les collectifs de travail des effets potentiellement négatifs des mesures (isolement, troubles musculo-squelettiques, stress, surcharge de travail, perte des repères spatio-temporels, etc.) sont à négocier de toute urgence avec les employeurs. C’est en ce sens que l’Accord national interprofessionnel de 2005 sur le télétravail est actuellement en cours de renégociation par les partenaires sociaux.

Pour l’UNSA, un nouvel accord normatif sur ce sujet doit voir rapidement le jour.

L'Unsa à votre service

Actualités Céfu
TPE Retraités
UNSA-Info Abo UNSA-Info
Les parutions de l'UNSA Voir-Écouter
Contact Transition écologique
UNSA-Boutique CES
UNSA-Conseils