Recours au médecin traitant, le gouvernement doit agir au plus vite !

 
Pour l’UNSA, il est inacceptable qu’aujourd’hui en France, 5,4 millions de patients soient démunis de médecin traitant faute de professionnels « disponibles ».

 
Pour l’UNSA, cette situation résulte en partie d’une politique du numérus clausus (limitant chaque année le nombre de nouveaux médecins) désormais « révolue » mais aussi d’un manque de courage des gouvernements successifs à restreindre la liberté d’installation des médecins sur le territoire alors même que des zones géographiques entières, se vident de leurs professionnels de santé.
 
Si, comme l’a plusieurs fois souligné l’UNSA, le plan « Ma santé 2022 » va dans le bon sens et doit permettre un plus grand nombre de médecins sur le territoire, elle estime que les fruits de cette réforme ne pourront porter leurs fruits avant une dizaine d’années.
 
Dans l’attente, ce sont les assurés sociaux et les malades qui en subissent les conséquences.
 
Il y a donc urgence à ce que le gouvernement prenne des mesures concrètes afin que tous les assurés, quel que soit le lieu de résidence, puissent accéder à des soins de qualité.
 
Pour l’UNSA, au vu des chiffres communiquées par l’Assurance Maladie (5,4 millions de patients sans MT) et des faibles effets de politiques d’incitation à l’installation dans les déserts médicaux, il est temps que le Gouvernement passe à des mesures plus coercitives et expérimente la restriction de l’installation des médecins libéraux.
 
Pour l’UNSA, l’accès à des soins de qualité doit être un droit effectif et les professionnels de santé doivent y prendre toute leur part !
 
Bagnolet le 14 janvier 2020

L'Unsa à votre service