Brexit : A quoi s’attendre ?

Après 48 ans d’aventures communes souvent agitées, 5 ans d’âpres négociations et la peur d’une sortie en no-deal tout au long de 2020, dans un contexte de pandémie et de récession économique, les Britanniques ne sont plus européens depuis le 1er janvier 2021. Cet événement a été salué par les gongs de Big Ben, remise en service pour l’occasion. Quelles répercussions pour nos entreprises et les citoyennes ?

Le Royaume-Uni, pays voisin du continent européen, nécessitait de trouver un accord pour préserver la paix et les conditions d’une bonne coopération avec l’Union européenne (UE). Leurs relations sont désormais encadrées par deux accords : accord de retrait et accord de commerce et de coopération, qui comprend notamment un cadre de coopération policière et judiciaire dans la lutte contre la criminalité et le terrorisme.
L’ensemble des États membres, unis derrière Michel Barnier, seront fermes sur leur application.

COMMERCER AVEC LE ROYAUME-UNI Outre un accord spécifique sur la pêche, les échanges commerciaux sont fondés sur deux principes : le libre échange : absence de droits de douane et de quotas dans les échanges de marchandises mais déclarations d’importation et d’exportation des deux côtés ; l sans concurrence déloyale, le Royaume-Uni restant soumis aux règles européennes en matière d’environnement, de droits sociaux, de fiscalité, de sécurité alimentaire, d’aides d’État.
VIVRE ET TRAVAILLER AU ROYAUME-UNI
Les Européennes résidants au Royaume-Uni avant le 31 décembre 2020, y compris les étudiantes, ont jusqu’au 30 juin 2021 pour postuler : l au statut de résident permanent pour celles et ceux qui justifient de 5 ans ou plus de résidence sans interruption de plus de 6 mois ; l au pré-statut pour les autres jusqu’à remplir les conditions d’accès au statut de résident permanent.
Ce statut leur assure de pouvoir continuer à accéder aux prestations sociales et services du pays dans les mêmes conditions qu’avant la sortie. Les Européennes qui souhaitent s’installer pour travailler au Royaume-Uni à compter du 1er janvier 2021 plus de 6 mois sont soumis au système d’immigration à points : demande d’un visa long séjour, frais de visa et surtaxe de santé, remplir les conditions d’obtention en nombre de points et minimum de ressources.

ÉTUDIER AU ROYAUME-UNI Les étudiantes en cours d’études, y compris Erasmus, peuvent terminer leur cursus dans les mêmes conditions d’avant Brexit. À compter du 1er janvier 2021, le Royaume-Uni sort du dispositif Erasmus et les étudiantes qui souhaitent venir étudier sur le sol britannique devront, sauf accords spécifiques entre écoles, s’acquitter de frais de scolarité élevés qui s’ajouteront aux frais de visa étudiants onéreux, délivrés sous conditions de ressources.

SEJOURNER TEMPORAIREMENT AU ROYAUME-UNI Les Européennes qui se rendent au Royaume-Uni, pour un séjour tourisme ou affaires de moins de 6 mois, peuvent entrer sur le territoire avec une carte d’identité jusqu’au 30 septembre 2021. Au-delà, un passeport sera obligatoire.

ET POUR TOUT LE MONDE La sortie de l’UE signifie aussi la fin de la reconnaissance automatique des qualifications et des diplômes, ainsi que de la carte européenne d’assurance maladie ou du permis de conduire national, la sortie de la gratuité d’itinérance pour les mobiles et le retour des déclarations en douane et de la limitation sur les produits à rapporter.

L'Unsa à votre service

Actualités Céfu
TPE Retraités
UNSA-Info Abo UNSA-Info
Les parutions de l'UNSA Voir-Écouter
Contact Transition écologique
UNSA-Boutique CES
UNSA-Conseils