Dialogue social : un atout majeur pour les entreprises

Un dialogue social très actif permet d’optimiser de façon significative la productivité dans l’entreprise. C’est ce qu’affirme la Dares dans une étude publiée le 2 septembre 2020. Elle met en évidence le lien entre chaque type de dialogue social et les performances des entreprises françaises.

Négociation collective, consultations et échanges, diffusion d’informations ou consultation des salariés sont les mots clés qui font accroître la productivité de l’entreprise.
Les chiffres montrent qu’« un dialogue social "très actif" induit une productivité plus élevée de 2,7 %, contre +1,8 % pour les entreprises ayant un dialogue social "formel sans conflits" » :
• La présence d’une organisation syndicale et la qualité du dialogue et de l’écoute entre les partenaires est un plus significatif : des salariés soutenus dans leurs démarches sont plus à même d’être performants.
• Autre facteur d’accroissement de productivité : « les entreprises appartenant à un groupe ou celles concurrentes sur un marché international semblent plus productives que celles qui ne le sont pas. »

À l’inverse, les estimations de la Dares montrent que le dialogue social « informel » est négativement lié à la productivité (diminuant de 6,6 %). Ce mauvais résultat du dialogue social « informel » est lié aux conflits et à l’absence de négociations collectives. Cependant, et toujours selon l’étude, « une négociation collective « informelle », mais potentiellement constructive, est préférable à une négociation collective davantage formalisée, mais dans un climat de défiance. »

Une entreprise performante est une entreprise où l’on communique ! Il ressort des estimations que les types de dialogue social « formel sans conflits », « informel » et « très actif » sont tous significativement et positivement associés à une croissance forte de l’activité de l’entreprise.

Pour l’UNSA, le dialogue social est l’outil incontournable, pour anticiper et accompagner l’évolution des emplois et la relation au travail, face aux transitions, afin d’apporter un cadre réglementaire protecteur. Les représentant·es du personnel doivent prendre toute leur place dans les instances de gouvernance des entreprises quels que soient leurs statuts, pour être en capacité de nourrir un dialogue social moderne, pragmatique et efficace pour tous les actif·ives.
Cela passe par un dialogue social responsable, loyal et vertueux qui implique que les dirigeant·e·s d’entreprises « jouent le jeu ».

L'Unsa à votre service

Actualités Céfu
TPE Retraités
UNSA-Info Abo UNSA-Info
Les parutions de l'UNSA Voir-Écouter
Contact Transition écologique
UNSA-Boutique CES
UNSA-Conseils