Emploi salarié : il faut protéger les plus fragilisés par la crise

Les données sur l’emploi en 2020 sont moins mauvaises qu’annoncées. C’est ce que révèle l’étude de l’INSEE du 9 mars sur l’évolution de l’emploi salarié au 4ème trimestre 2020 (lire la synthèse de l’UNSA). Cependant, les incertitudes pour le futur proche ou plus lointain sont nombreuses.
Les travailleurs les plus précaires, en contrats courts ou intérim, salariés de TPE, jeunes, femmes.... paient le prix le plus élevé de la crise sanitaire.
Pour l’ UNSA, ces salarié·es doivent bénéficier de meilleures protections pour la période qui vient, que ce soit en termes de revenus, de formation et d’égalité. Un niveau de vie décent et des parcours professionnels sécurisés doivent être garantis pour toutes et tous.

C’est pourquoi, l’UNSA se prononce notamment :

  • Pour une revalorisation financière par tous les moyens pour les salariés des TPE (salaire, primes, aides) ;
  • Contre l’application de la nouvelle réforme de l’assurance chômage et pour le retour à la convention de 2017 ;
  • Pour la mise en place d’un revenu universel d’activité ou de solidarité accessible aux moins de 25 ans ;
  • Contre la diminution de l’indemnité d’activité partielle prévue par le Gouvernement ;
  • Pour des actions concrètes et rapides afin d’accroître les revenus et la protection sociale des travailleurs des plateformes ;
  • Pour un élargissement de l’index d’égalité professionnelle notamment sur l’aspect formation ;
  • Pour une amélioration de l’information sur les dispositifs de formation et de l’accompagnement des publics les moins qualifiés

L'Unsa à votre service

Actualités Céfu
TPE Retraités
UNSA-Info Abo UNSA-Info
Les parutions de l'UNSA Voir-Écouter
Contact Transition écologique
UNSA-Boutique CES
UNSA-Conseils