Lettre UNSA Retraités n°59 - Novembre-Décembre 2018

 

Sommaire

• Actualité : PLFSS 2019
• Vie interne :
Bureau National du 19 octobre
Dans les régions : échos de la préparation du congrès
• Action : 18 octobre : la protestation des retraités
• Fiscalité : CSG des retraités, où en est-on ? ; Promesse non tenue ?
• Actualité : Congrès de la Ferpa
• Santé :
Vaccin contre la grippe
Concertation grand âge et autonomie
• Social :
Réforme des retraites : vers le régime unique
Plan pauvreté
L’URSSAF, discrète, mais indispensable

 

Lettre n° 59

 
Lire la lettre UNSA retraités n°59
 
 
 

L’éditorial de Jean-Marc Schaeffer, Secrétaire Général UNSA Retraités.

NOUS NE BAISSERONS PAS LES BRAS !

La CSG est un impôt ciblé dont l’assiette est beaucoup plus large que les différents prélèvements salariaux ou patronaux. Nous ne combattons pas son principe. Toutefois, une hausse de 1,7 point sans concertation préalable reste une mesure gouvernementale très brutale surtout lorsque seuls les retraités, au moins pour 60 % d’entre eux, ne bénéficient d’aucune compensation. Nous avons jugé cette mesure inacceptable.

Les retraités ont été nombreux dans les départements et régions à affirmer leur mécontentement.

La désindexation des retraites est une mesure gravissime, elle place les retraités dans une position plus instable en les vulnérabilisant ; l’indexation des pensions sur les prix étant comme un socle sécurisant pour le pouvoir d’achat des retraités.

Une fois de plus, les militants retraités ont démontré leur profond désaccord.

Et maintenant, à quoi devons-nous nous attendre ? Une augmentation sensible des mutuelles suite à l’annonce de remboursement à 100% de l’optique et de l’auditif ?

Sommes-nous toujours dans une démarche de solidarité envers les actifs ou, plutôt, sommes-nous dans la logique des différents rapports parus depuis plusieurs années (Attali, Libault ou même le COR…) évoquant la part des retraites dans le PIB, suggérant pour certains une diminution du pourcentage aujourd’hui autour de 14% et à terme ne devrait plus être que de 12% ?

Et pourtant, rien de catastrophique à l’horizon ! La CNAV a retrouvé son équilibre ; en 2024, le remboursement de la dette sociale devrait permettre de libérer 15 milliards de recettes (CSG-CRDS)…

L’UNSA Retraités reste en état d’alerte, nos démarches auprès des parlementaires ont déjà provoqué quelques réactions au sein de la majorité présidentielle (amendement au PLFSS pour moduler la hausse de la CSG). Madame la Ministre des solidarités et de la santé, Madame Agnès Buzyn, a répondu à notre demande d’audience, nous renvoyant vers Dominique Libault.

Nous ne baisserons pas les bras, nous sommes convaincus de la justesse de notre combat. Merci à toutes celles et ceux qui l’ont animé ces derniers jours et participé aux actions menées à travers tout le pays.

L'Unsa à votre service