Des mesures salutaires pour les demandeurs d’emploi, mais il faut aller plus loin !

Face à l’urgence sociale et économique, l’UNSA demande la suppression des dispositions de la réforme de l’assurance chômage durcissant les conditions d’accès à l’indemnisation et réduisant l’allocation chômage des demandeurs d’emploi.

Le décret N°2020-425 du 14 avril 2020 précise certaines dispositions contenues dans l’ordonnance du 25 mars 2020 concernant la prolongation du versement des allocations chômage ou de l’allocation de solidarité spécifique durant la période d’urgence sanitaire et ouvre temporairement l’accès à l’aide au retour à l’emploi pour de nouveaux démissionnaires.

Ce décret suspend également, à compter du 1er mars et jusqu’à une date fixée par arrêté, le délai entraînant la dégressivité des allocations chômage, mise en place depuis le 1er novembre dernier. Cette période, à compter du 1er mars est aussi neutralisée pour la prise en compte de la période de référence d’affiliation. Un demandeur d’emploi devait travailler 6 mois dans les 24 derniers mois pour avoir accès à l’indemnisation, la période de 24 mois est donc prolongée.

De même, la période commençant le 1er mars jusqu’à une date fixée par arrêté, sera neutralisée, hormis les jours travaillés, pour les travailleurs dont le contrat de travail se termine à compter du 1er septembre. Cela n’aura pas d’effet sur le calcul de leur durée d’indemnisation ni sur leur salaire journalier de référence, sachant que ces modalités seront modifiées à partir de cette date.

Entre autres mesures, notamment concernant les intermittents du spectacle, le décret ouvre le droit à l’assurance chômage, de manière temporaire :

  • aux salariés démissionnaires qui, à la suite d’une démission, ont été embauchés mais dont l’employeur a mis fin au contrat avant l’expiration d’un délai de 65 jours travaillés à compter du 1er mars 2020 ;
  • à ceux dont l’embauche n’a pu se concrétiser par une embauche effective.

Pour l’UNSA, ces mesures sont absolument nécessaires et répondent à la gravité de la situation actuelle. Cependant, devant l’augmentation massive du chômage qui semble inéluctable au cours des prochains mois, face à l’aggravation très probable de la pauvreté et dans l’optique du plan de relance de l’économie, l’UNSA réclame le retrait des principales dispositions de la réforme de l’assurance chômage affectant les droits des demandeurs d’emploi.

L'Unsa à votre service

Actualités Céfu
TPE Retraités
UNSA-Info Abo UNSA-Info
Les parutions de l'UNSA Voir-Écouter
Contact Transition écologique
UNSA-Boutique CES
UNSA-Conseils