L’UNSA s’inquiète des prévisions pessimistes de l’OCDE.

 
En effet, le rapport de l’OCDE sur les perspectives de croissance mondiale prévoit une performance au plus bas, la pire depuis la crise financière de 2008.

 
L’UNSA en appelle à la responsabilité des États, à commencer par l’État français, pour que les tensions commerciales et géopolitiques (dont la dernière en date, l’attaque d’infrastructures pétrolières en Arabie Saoudite) pèsent le moins possible sur la stabilité de la croissance mondiale et ne génèrent pas de tentations protectionnistes.
 
L’UNSA sera attentive à l’évolution de la situation mondiale, et notamment française. Si ces sombres prévisions s’avéraient justes, l’État français devra anticiper pour relancer l’activité et la croissance à plus long terme, ainsi que pour compenser l’impact d’une telle situation.

L'Unsa à votre service