Métiers du grand âge : un rapport ambitieux et innovant pour les professionnels


 
Bas salaires, difficultés de recrutement, pénibilité... Pour l’ UNSA au regard des conclusions du rapport El Khomri, il faut un grand projet national pour les salariés du secteur comme pour les bénéficiaires.
 
 

Au lendemain de la remise du rapport sur la concertation « grand âge et autonomie », fin mars 2019, par Dominique Libault, président du Haut conseil au financement de la protection sociale, Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé a confié à Madame El Khomri une mission sur « l’attractivité des métiers du grand âge » en particulier les métiers d’aide-soignant et d’aide à domicile.

Le rapport rendu ce 29 octobre pointe les dysfonctionnements d’une situation qui perdure depuis de nombreuses années notamment en matière de :

  • Salaires qui sont faibles et des perspectives de carrières quasiment inexistantes ;
  • Taux d’accident du travail trois fois supérieur à la moyenne nationale,
  • Difficultés de recrutement, turn-over….

Les 5 axes de travail sont clairement identifiés et avec les 59 mesures concrètes forment un ensemble cohérent, indispensable pour répondre à l’évolution de la population (1,479 million de personnes en perte d’autonomie en 2025) et pour reconnaître les métiers d’accompagnement des personnes en perte d’autonomie. Cela recoupe en grande partie les propos tenus par l’UNSA lors de l’audition du 16 juillet dernier.

Par sa précision sur les moyens nécessaires en termes de personnels (ouverture de 18 500 postes supplémentaires par an, remise à niveau des rémunérations inférieures au SMIC), sur la lutte contre la sinistralité, la modernisation des formations dès le recrutement, la transformation les organisations de travail, la mobilisation des acteurs, ce rapport lève le voile sur des conditions d’emploi indécentes.

Toutes les mesures ont leur importance, tant pour renforcer l’attractivité que pour améliorer les conditions de travail. Elles constituent une feuille de route pluri-annuelle ambitieuse et innovante.

Une conférence rassemblant tous les partenaires sociaux sera mise en place pour répondre à l’urgence et à l’avenir de la filière du grand âge et de l’autonomie. La ministre s’est engagée à y traiter les besoins de recrutements, l’évolution des rémunérations, notamment celles inférieures au SMIC, l’amélioration de la qualité de travail…

L’UNSA s’y engagera afin de mettre en œuvre les mesures de ce rapport et ainsi relever le défi des métiers du grand âge, dans le cadre d’un projet global et cohérent.

Ce rapport avec l’ensemble des mesures doit également trouver sa place dans la future loi annoncée par la ministre afin de consolider l’ensemble des dispositifs et leurs financements au service des personnes en perte d’autonomie.

L'Unsa à votre service