Retraites : "Si l’on touche à l’âge légal, nous partons"

 
Telle est la mise en garde qu’au nom de l’UNSA, Dominique CORONA, secrétaire national en charge du dossier, a lancée au gouvernement et qui a été relayée par plusieurs médias, notamment "Capital" et "Libération".

RÉFORME DES RETRAITES : COMME JEAN-PAUL DELEVOYE PLUSIEURS SYNDICATS MENACENT DE CLAQUER LA PORTE

Le torchon brûle. Agacés par les déclarations des ministres qui se succèdent en faveur d’un report de l’âge de départ à la retraite, les syndicats demandent au gouvernement de clarifier sa position.

La réforme des retraites a du plomb dans l’aile. Irrité par les différentes sorties des ministres en faveur d’un report de l’âge de départ à la retraite, Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire en charge de mener les concertations sur le sujet, aurait, selon le Canard enchaîné, prévenu que si l’on revenait sur les 62 ans il préférerait “plutôt partir que faire ça”.

Et il n’est pas le seul à poser son ultimatum. Les différents syndicats que nous avons interrogés menacent aussi de claquer la porte des concertations, si le gouvernement ne clarifie pas vite ses intentions…
...
Le problème, c’est que les syndicats ont le sentiment d’être baladés entre deux lignes au sein de l’exécutif.
Avec d’un côté ceux qui veulent revenir sur la promesse de campagne du candidat Macron et de l’autre ceux qui militent pour que l’âge de départ reste à 62 ans.

“Nous sommes agacés car nous avons l’impression que tout cela n’est qu’une bataille politique et que nous sommes au milieu. Ce n’est pas sérieux, nous voulons savoir qui tranche”, tacle Dominique Corona de l’Unsa. Il précise cependant que, tant qu’il n’y a pas d’annonces claires sur le report de l’âge de départ, son organisation syndicale continue la concertation. “Mais c’est l’une de nos lignes rouges. Si l’on touche à l’âge légal, nous partons”, alerte-il.

Même discours du côté de la CFDT, “si un report est annoncé, nous quitterons aussi les concertations, il n’y aura plus de discussion possible”, confirme Frédéric Sève en charge de ce sujet pour la CFDT avant d’ajouter : “en attendant, nous pensons qu’il n’y a pas de raison d’arrêter et que la meilleure façon de ne pas reporter l’âge est de faire la réforme du régime universel”. “C’est au président de siffler la fin de la récréation et de nous dire si l’on reporte l’âge de départ”, souffle encore Serge Lavagna de la CFE-CGC. Pour lui les choses sont claires, si Emmanuel Macron revient sur sa promesse, il désavoue Jean-Paul Delevoye et ce dernier partira. “Je n’imagine pas que la concertation puisse continuer sans lui et l’on tirera alors un trait sur plus d’un an de travail”, regrette-t-il.

Pour lire l’article de Capital dans son intégralité, cliquer ici.

Pour accéder à l’article de Libération, cliquer ici.

L'Unsa à votre service