CNEFOP : un point d’étape sur le PIC et de nouveaux décrets…

 
Six projets à caractère innovant avec un partenariat riche et diversifié.
11 projets de pacte (sur 13 régions) ont été signés.

Le 4 décembre dernier, le CNEFOP s’est ouvert sur une intervention du Haut-Commissaire aux compétences et à l’inclusion par l’emploi, Jean Marie Marx, suivie par l’examen de 8 nouveaux décrets relatifs à la loi « Pour la liberté de choisir son avenir professionnel ».

Jean Marie Marx a rappelé dans son propos, l’architecture générale du Plan d’investissement dans les compétences (PIC), insistant sur l’importance de l’enveloppe à destination des régions dotée de 7 milliards qui devrait permettre de renforcer les actions existantes et d’en financer de nouvelles par le biais d’ appels à projets.

Parmi les premiers lancés, « 100 % inclusion » axé fortement sur l’accompagnement a permis de retenir six projets à caractère innovants avec un partenariat riche et diversifié : organismes de formation, bailleurs sociaux, associations sportives…

Deux nouveaux sont en cours l’un pour les réfugiés, l’autre pour les prépas-apprentissage. Une nouvelle vague en 2019 ciblera les « invisibles » éloignés de l’emploi jeunes et moins jeunes. La volonté de raccrocher l’ensemble de ces publics fragiles est à saluer mais la réussite de ces programmes dépendra de la capacité des acteurs locaux dans leur diversité à se mobiliser notamment autour des bassins d’emploi et des filières.

A ce jour, 11 projets de pacte (sur 13 régions) ont été signés, et le rôle des CREFOP sera à cet égard essentiel, comme l’ont rappelé plusieurs organisations présentes dont l’UNSA.

Enfin notre syndicat s’est retrouvé dans la conclusion de Jean Marie Marx qui mettait en avant l’importance pour chaque actif de se situer désormais dans une logique de parcours articulée avec le Compte Personnel de Formation (CPF) de transition et en lien avec le Conseil en évolution professionnelle (CEP).

Ce dernier dispositif d’accompagnement du salarié était d’ailleurs à nouveau à l’ordre du jour de la seconde partie de la réunion plénière consacrée à l’examen des décrets.

L’UNSA a rappelé à cette occasion, avec les autres organisations syndicales présentes, l’importance de la communication, trop timide aujourd’hui, mais pourtant indispensable, notamment au sein de l’entreprise pour permettre au salarié de bénéficier vraiment de ce droit à l’accompagnement que représente le CEP.

Parmi la livrée de décrets qui ont suivi, celui sur les obligations du demandeur d’emploi (et l’épineuse question de l’offre raisonnable d’emploi), avec pour corollaire l’aggravation des sanctions, la diminution des droits a suscité l’opposition de l’ensemble des organisations de salariés.

Il en a été de même avec l’abondement du CPF au titre de l’engagement citoyen (Compte d’engagement citoyen) qui non seulement est monétisé mais à un niveau financier inférieur, 12 euros l’heure de formation comparé aux 15 euros pour le CPF-actif ! Les citoyens souvent bénévoles investis dans les associations, les organismes non lucratifs apprécieront …

Le 11 décembre, un nouveau CNEFOP plénier abordera de nouveaux décrets importants sur l’orientation professionnelle, l’apprentissage, …

L'Unsa à votre service