Hausse des inégalités et de la pauvreté en 2018 : des signes inquiétants

Selon une étude de l’INSEE publiée le 9 septembre 2020, le niveau de vie médian a légèrement augmenté en 2018. Cependant, les inégalités augmentent et le taux de pauvreté s’est fortement accru.

Le revenu disponible médian s’établit à 1 771 euros par mois et progresse de 0,3% en euros constants par rapport à 2017. Cependant, il diminue pour les trois premiers déciles – jusqu’à 1,6% pour le premier décile – et augmente pour le reste de la distribution. La baisse du niveau de vie pour les 30% des ménages les plus pauvres est liée notamment à la réduction des aides au logement (baisse de 5 euros, gel du barème…) et à la réforme de la prestation d’accueil du jeune enfant (PAJE), que la revalorisation de certains minimas sociaux (RSA, AAH,…) n’a pas compensées.

De l’autre côté, l’augmentation du revenu disponible pour les déciles plus élevés est liée à la hausse des revenus d’activité, plus important pour les ménages les plus aisés, qui bénéficient également d’une augmentation des revenus du patrimoine portée par une nette hausse des dividendes reçus en raison de la mise en place du prélèvement forfaitaire unique (PFU ou Flat tax).

Ces évolutions ont conduit à un accroissement des inégalités de revenu entre 2017 et 2018 et à une hausse importante du taux de pauvreté (+ 0,7 point) qui s’établit à 14,8% de la population, soit 9,3 millions de personnes.

L’UNSA, qui avait critiqué la baisse des aides au logement, ne peut que s’inquiéter de ces évolutions. De la crise actuelle doivent émerger les idées et les instruments pour une société plus juste et inclusive, notamment à travers une fiscalité plus progressive, que ce soit sur les revenus ou sur le capital.

L'Unsa à votre service

Actualités Céfu
TPE Retraités
UNSA-Info Abo UNSA-Info
Les parutions de l'UNSA Voir-Écouter
Contact Transition écologique
UNSA-Boutique CES
UNSA-Conseils