Les départs anticipés dans la mire de la Cour des Comptes

 
Dans son dernier rapport sur les comptes de la sécurité sociale d’octobre 2019, la Cour des comptes recommande de resserrer les conditions d’accès des dispositifs de départ anticipés à la retraite.

 
Pour elle, ces dispositifs « réduisent les effets de l’augmentation de l’âge légal d’ouverture des droits et de la durée d’assurance requise pour le taux plein sur l’âge d’effectif et conduisent à augmenter les dépenses des prestations de retraite ».
 
Elle préconise de stabiliser les règles de départ pour carrière longue, de poursuivre le réexamen des catégories actives dans la fonction publique et d’inciter les employeurs à mieux prévenir la pénibilité.
 
L’UNSA rappelle son attachement à ces dispositifs qui visent à prendre en compte les situations réelles des assurés au regard de l’allongement des carrières produit par les réformes mises en œuvre à compter de 2003.
 
L’UNSA invite la cour à se pencher sur l’espérance de vie en bonne santé et les inégalités réelles constatées en fonction des différents métiers exercés.
 
De plus, l’effet protecteur de ces départs anticipés sur l’espérance de vie des effectifs concernés n’est jamais pris en compte alors même qu’il s’agit d’un gain social réel important qui a des impacts au-delà des individus qui en bénéficient.
 
 

L'Unsa à votre service