Revenu universel d’activité : l’UNSA impliquée dans la concertation


 
L’UNSA était présente au deuxième Comité national du Revenu universel d’activité le 9 octobre dernier.
 
L’occasion de rappeler que la solidarité ne peut se limiter à l’aide monétaire et d’insister sur l’importance de l’accompagnement.
 

La méthode de concertation se poursuit avec les réunions « partenaires institutionnels », dont les partenaires sociaux et les groupes thématiques (jeunesse, logement handicap) avec une synthèse mensuelle dans le cadre du Comité national.

Cette deuxième phase était consacrée à la notion de revenu décent, à la question de l’individualisation ou/et la familiarisation des prestations, aux droits et devoirs des allocataires et à l’automaticité ou non des droits. Si, sur un grand nombre de points, les principes et les objectifs sont partagés, néanmoins certains sont en débats ou méritent d’être approfondis.

Le périmètre de la réforme et la conception du Revenu universel d’activité, comme politique d’autonomie ou comme politique de lutte contre la pauvreté, doivent être précisés.

L’UNSA a fait valoir que la nécessité d’une réflexion pour définir quelle solidarité est à mettre en place pour la société française envers ceux qui ont peu de revenus.

Cette solidarité ne peut se limiter à une aide monétaire mais doit représenter un investissement social et humain.

Ainsi cela doit combiner une aide monétaire avec un accompagnement social pour permettre aux personnes de sortir de l’état temporaire de précarité et d’assurer une trajectoire pérenne vers l’emploi.

Ce jour-là, également, une plateforme en ligne a été ouverte pour 6 semaines. Cette consultation en ligne permettra aux internautes de s’informer sur la réforme, de réagir sur les différentes problématiques et de faire des propositions. Des ateliers citoyens et des débats sont également prévus dans 6 villes.

Vous pouvez retrouver tous les éléments en consultant : https://www.consultation-rua.gouv.fr/

L'Unsa à votre service